À Bali, l’aube d’une nouvelle civilisation
Christophe Schoune, journaliste de Le Soir sur : un blog 100 % biodégradable

L’humanité vit aux crochets de la Terre, mais elle en est l’hôte. Et lorsqu’un parasite ruine son hôte, il se condamne lui-même à la mort. C’est à cette menace fondamentale qui pèse sur l’humanité que la communauté internationale était invitée à répondre à la conférence de Bali. Arraché au forceps au terme d’un psychodrame planétaire, l’accord est un jalon majeur posé en vue d’éloigner ce péril.

Déterminante, « la feuille de route » devrait déboucher dans deux ans, à Copenhague, sur un nouveau traité engageant l’ensemble des nations à lutter contre l’effet de serre. D’aucuns se lamenteront, sans doute, sur un accord mièvre qui ne répond pas aux impératifs scientifiques pour contenir la hausse moyenne des températures en dessous d’un seuil périlleux pour la vie sur Terre. Mais ces attentes étaient démesurées par rapport au processus en cours. [lire la suite ici ...]