Ce qui a changé ces derniers jours et qui marque notre entrée véritable dans le XXIe siècle c'est bien sûr la victoire de Barack Hussein Obama à l'élection présidentielle des Etats-Unis. Elle est un véritable tournant dans l'histoire contemporaine.

Comme beaucoup de personnes dans le monde je me réjouis de ce choix des électeurs des Etats-Unis à plus d'un titre. Sans tomber non plus dans une confiance aveugle évidemment. La suite des évènements dans ce temps de crise, de guerre et de changement climatique nous éclairera sur les réelles possibilités ou la volonté de Barack Obama de changer la politique de son pays en profondeur. En attendant on peut lui écrire avec Avaaz.org :

Dear President Obama:

As citizens across the world, we congratulate you on your election, and celebrate your campaign commitments to sign a strong new global treaty on climate change, close Guantanamo prison and end torture, withdraw carefully from Iraq, and double aid to fight poverty. No one country or leader can meet the world's most pressing challenges alone, but working together as one world in a spirit of dialogue and cooperation, yes we can bring real and lasting change.
(signez ici)

Mais si l'arrivée dans le bureau ovale d'un métis, ni noir, ni blanc, mais noir ET blanc comme on nous a rebattu les oreilles sur les radios/télés est formidable et réalise finalement très vite le rêve de Martin Luther King, ce n'est pas ce dont je veux parler. C'est tout de même une belle claque à tous les racistes de la Terre (stopracism) ! Si un jeune animateur de maison de quartier a réussi à se hisser sur la plus haute marche de son pays et redonne vie au mythique rêve américain, c'est formidable, mais ce n'est pas non plus le sujet de cette note.

Ce qu'il faut voir à travers cette élection, c'est le nouveau pouvoir des gens grâce à internet. Obama est le premier "web-president". Un mot d'Archippe Yepmou (pour-obama.fr, franceforbarackobamablog.com, internetsansfrontieres.com) que j'ai lu chez Nicolas Voisin (nuesblog.com).

C'est la preuve cette fois visible par tous, qu'internet est un outil de démocratie.

Obama_president_elect

Internet évolue. Les réseaux sociaux prennent de plus en plus de place dans nos vies.

J'ai suivi le début de cette soirée électorale entièrement sur mon ordinateur. La société i-marginal a créé pour ce jour un outil extrèmement pratique, twitlife, pour suivre en temps réel et en français, les nouvelles qui arrivaient par flots sur le service de microblogging twitter.

Ce qui m'a permis de surfer sur les cartes de résultats électorales, sur les blogs, les sites de journaux, de radios, etc. de façon plus pointue ou plus sympathique, en fonction de mes affinités pour tel ou tel blogueur/twitter.

Voici quelques notes de blog et articles :

“Obama Would Not Have Won Without The Internet”

by Michael Arrington on November 7, 2008
http://www.techcrunch.com/2008/11/07/the-internet-as-a-force-in-politics-obama-would-not-have-won-without-the-internet/

Les sept leçons pour innovateurs radicaux de Barack Obama
http://www.michelleblanc.com/2008/11/07/sept-lecons-innovateurs-radicaux-de-barack-obama/

Obama's Seven Lessons for Radical Innovators
http://discussionleader.hbsp.com/haque/2008/11/obamas_seven_lessons_for_radic.html

Obama, un Président technophile
http://www.forum-edemocratie.com/2008/11/obama-un-prside.html

le très nouveau site du Président Obama :

Change.gov
http://change.gov/

[édité le 10/11/2008 à10h23] la chaîne Youtube ChangeDotGov http://www.youtube.com/user/ChangeDotGov

et 2 articles sur le rôle d'internet dans la protestation et l'inquiétude que cela suscite auprès de notre gouvernement :

retweet Philippe Martin
Activisme 2.0 : forcer à la transparence pour changer le monde ?
http://fr.readwriteweb.com/2008/11/06/divers/areva-twitter-activisme-20/

Darcos lance un nouvel appel d'offre gouvernemental pour surveiller le "risque d'opinion" sur Internet
http://www.lesmotsontunsens.com/darcos-appel-d-offre-surveillance-internet-gouvernement-blogs-syndicats-partis-politiques-2502 

ce n'est pas une blague lire aussi Education : 220 000 euros par an pour surveiller l'opinion sur Rue89

20081109DocEduc

annonce parue au Journal Officiel