Même s'il est très agaçant, j'aime beaucoup lire Thierry Crouzet. Moins ses mails et DM. Il me soudoie presque pour que je décrive la 2ème version de "La tune dans le caniveau", dont j'ai déjà parlé sur ce blog pas totalement abandonné. Un "s'il te plait" aurait suffit, Thierry ! Je l'aime bien cette histoire, j'ai encore beaucoup rit... Je l'ai lue en version numérique sur mon smartphone ce week-end. C'est un régal de lire les nouvelles péripéties de l'héroïne Extase. Amusant, ce prénom, il avait servi déjà dans "Croisade", un thriller captivant du même auteur, mais pour un personnage secondaire. Là c'est encore mieux.


tune250

C’est la grève géné­rale. Sui­vis par les came­ra­men de la triD, les pauvres dépouillent les riches et para­lysent Paris. Les ordures s’accumulent dans les rues. Extase pénètre dans le 6e arron­dis­se­ment aban­donné aux insur­gés pour y retrou­ver son père, le plus célèbre des acti­vistes du réseau.

Sur la page dédiée vous verrez: Genre : techno thril­ler poli­tique. Bien. Je dirais que c'est un texte court au rythme rapide, évoluant dans un futur proche tourmenté et violent. Paris à feu et à sang vit un remake de la Commune. Les Riches sont pourchassés et lynchés. Le réseau d'évacuation des déchets de la ville a failli être parfait, il pouvait résister aux éco-terroristes, une partie de la Seine est envahie par une mangrove mutante, les journalistes sont équipés de caméras TriD, les véhicules sont compostables, mais, fait gravissime pour la liberté d'expression, à cette époque les photocopieuses 3D sont interdites. Oui, c'est politique, utopique ou dystopique ou les deux, drôle, prenant et riche... d'idées !

"Plus personne ne gobait la promesse d'une prospérité partagée entre tous. Les pauvres s'étaient appauvris. Les démagogues leur avaient expliqué que leur pauvreté était toute relative comparé au passé. Les insurgés s'en moquaient."

En gros ça raconte le combat d'Extase qui va tenter de sauver son père, le génial académicien activiste Noam, d'un attentat certain. Ou d'un lynchage. D'ailleurs il l'aurait bien mérité, enfin ça serait mon avis si je ne prônais pas la non-violence sans arrêt. Héhé, ça serait sans compter sur le génie dudit bonhomme. Sacré malin ! Jeune, il a dû lire Crouzet et l'autre Noam bien sûr. Flux, auto-organisation, super-organisme, transhumanisme, revenu de vie, fab lab, pas mal de thèmes discutés sur le blog de Thierry sont abordés et joyeusement interprétés.

Par rapport à la V1, la fin est plus amusante, en meilleure cohérence avec le discours de Noam qui, reprenant les idées de Crouzet, est l'armature du texte. La toute dernière phrase est un bijou.

Il me semble que la traversée de foule par Extase, un moment en hommage aux premières lignes de "Transparences" d'Ayerdhal, s'est enrichi. Je n'ai pas vérifié. C'est superbe.

L'interdiction des photocopieuses 3D est tout simplement géniale. Beau parallèle avec tous les contrôles de l'expression que nous subissons. De l'Hadopi au massacre du statut d'auto-entrepreneur en France, en passant par le prix unique des livres numériques, par exemple.

Une rotule micrométrique, se réjouit Tonton. Nous allons pouvoir télécharger le nouveau catalogue et imprimer des armes à commande mentale.

Heureusement les photocopieuses 3D servent aussi à fabriquer des baskets.

Merci Thierry, bon moment de lecture.

tune_RTBF

Thierry Crouzet : "La tune dans le caniveau passe à la TV belge. C'est pas une mauvaise blague. Regarder minute 50."

;o)