Et si tout ce ramdam dans les médias sur Wikileaks n'était qu'une poudre de perlimpinpin jetée aux yeux pour renforcer notre surveillance avec la fausse et mauvaise excuse de la sécurité ?

La France est-elle un terrain d'expérience pour tuer les démocraties ?

3615internet

Illustration : "3615 internet en 2010 rien n'a changé" par Geoffrey Dorne

 

Les débats sur LOPPSI 2 "la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure"auront lieu en séances du 14 au 21 décembre. Sous le prétexte de renforcer notre sécurité, c'est une loi franchement liberticide.

Loppsi, non à la censure du net

 

  • Comment l’affaire Karachi entretient le «tous pourris» par Aymeric Pontier sur Ownipolitics le 10/12/2010. "Tuer une démocratie n’est pas une mince affaire. Il faut beaucoup de patience et de volonté. Le peuple qui se libéra autrefois du joug despotique de tyrans, pas vraiment éclairés, est très attaché à sa Liberté. Il faut donc, pour réussir cette entreprise, le détourner des principes démocratiques jusqu’à lui faire croire qu’une dictature ferait aussi bien l’affaire."

C'est vrai, à quoi bon vouloir défendre les libertés fondamentales en France, tout le monde s'en fout, les chiffres sont là. Autant parler du temps qu'il fait, de la neige tout ça :

Et pour en rigoler un peu tout en s'instruisant :

 

55 organisations nous alertent contre les dérives de la loi Loppsi

Les organisations membres et partenaires du Collectif Liberté Égalité Justice (CLEJ), inquiètes de l’absence de réel débat concernant ce texte, tiennent à alerter les citoyens sur les dérives dont il est porteur, qui mettent en péril les équilibres démocratiques de notre pays.

Parmi ces 55 organisations :

Cap 21 et Europe Ecologie/Les Verts

  • LOPSI 1, LOPPSI 2 et courage sénatorial sur le blog-notes de Corinne Lepage le 12/09/2010 : "Nous savons tous qu’après la presse écrite, après le fichage qui se banalise (Edvige est en fait appliqué cependant que les moyens de la CNIL sont stagnants voire en régression) et dans la politique de destruction systématique des contre-pouvoirs en France, Internet est dans le collimateur du gouvernement [...] La mainmise sur le contrôle du net et son utilisation à des fins partisanes est donc désormais possible ; il est peu probable qu’un tel système soit compatible avec la Charte des droits fondamentaux et la Convention européenne des droits de l’Homme."
  • LOPPSI: sommes-nous des pigeons? Une tribune de Corinne Lepage, eurodéputée, et de Pierrick Prévert, responsable projet NTIC Cap21 le 16/02/2010. "Il ne faut pas s'y laisser prendre. Le filtrage, la censure, ne résolvent aucun problème, pas plus qu'ils ne protègent réellement les citoyens. Cela revient tout juste à considérer que si personne ne peut constater une dérive, alors celle-ci n'existe plus."
  • Corinne Lepage attaque la surveillance généralisée (Hadopi, Loppsi et Herisson) par Emilien Ercolani sur linformaticien le 15/09/200. Dans un livre qu’elle publie gratuitement sur le web, « Entre colère et espoirs », Corinne Lepage présidente de Cap21 a des propos légèrement sulfureux, accusateurs. Extraits du livre dans cet article : « ...les ambitions présidentielle et gouvernementale de ficher les Français continuent de plus belle… Il existe aujourd'hui 45 fichiers qui permettent le contrôle de près de 30 millions de Français. Sept nouveaux fichiers sont en préparation cependant que les moyens de la commission nationale informatique et liberté ne cessent de se réduire tant sur le plan matériel que sur le plan juridique. Le projet HADOPI ne constitue en réalité qu'un moyen de ficher les internautes au prétexte de leur donner les moyens de pouvoir constituer leur bonne foi grâce au suivi permanent de leurs activités informatiques. Le projet hérisson dont il est question dans une autre chronique s'inscrit dans la même logique ainsi que le projet LOPSI 2. Il semble que désormais le gouvernement soit de thé de tout ce qu'il est nécessaire pour contrôler les citoyens français en dehors de la sphère Internet ; la bataille se livre désormais sur Internet ».

L'association Halem, Habitants de Logements Éphémères ou Mobiles

derniers articles :

  • LOPPSI 2 : le rapport de la Commission des lois 06/12/201. Article 32 ter A extrait : "la création de ces campements, qui s’apparentent souvent davantage à des bidonvilles, est susceptible de menacer la salubrité, la sécurité ou la tranquillité publiques." Le mot important nous semble être « susceptible de menacer la salubrité... », car c’est au préfet qu’il appartiendra d’évaluer arbitrairement cette "susceptibilité". N’importe quel habitant "hors norme" est donc menacé d’éradication par cet article car ce n’est une infraction constituée qui sera réprimée par l’application de cet article, mais la "susceptibilité" de la commettre. Le terme "établir" est présenté ici opposé à "mobile" lui même opposé à "durable", ce qui constitue une confusion totale des notions de temps et d’espace qui renforce l’arbitraire dans l’application de l’article.
  • LOPPSI-2 LETTRE OUVERTE À NOS PARLEMENTAIRES 22/11/2010 L’article 32 ter A crée une procédure d’exception, expéditive et arbitraire, à l’initiative du Préfet et en l’absence du juge, pour expulser les habitants installés de manière « illicite ». L’article prévoit également la destruction des biens, ainsi qu’une amende de 3750 € pour le propriétaire du terrain, public ou privé, qui s’opposerait à ces procédures arbitraires. Nombreuses sont les personnes qui risquent d’être concernées par cette disposition répressive : les occupants d’habitats de fortune, les gens du voyage, les ménages occupant des locaux et maisons construits sans permis, les occupants d’habitat alternatif, les habitants de mobile-homes.

La Quadrature du Net

  • LOPPSI à l'Assemblée : Rejetons la censure du Net ! Paris, 9 décembre 2010 -- La guerre lancée par les gouvernements américains et français contre WikiLeaks montre combien il est important de protéger Internet de la censure politique. Mardi prochain reprend à l'Assemblée nationale le débat sur le projet de loi LOPPSI, dont l'article 4 met en place une censure administrative du Net au prétexte de lutter contre la pédopornographie. Si l'objectif semble louable, de telles mesures se révèlent non seulement inefficaces, mais aussi contreproductives. La protection de l'enfance est en fait instrumentalisée au profit d'une mise sous contrôle d'Internet. Tous les citoyens soucieux de préserver cet espace d'expression et de partage qu'est Internet doivent alerter leurs députés et les appeler à rejeter la censure du Net.

INFOWAR Jour 5 de l'Empire, autres articles lus ce jour

  • Parmi Les dernières révélations de WikiLeaks sur lesoir.be : ENVIRONNEMENT . L’ex-ministre français de l’Environnement Jean-Louis Borloo, après l’échec du sommet de Copenhague sur le climat, a indiqué à l’ambassadeur américain à Paris : “la clé pour faire avancer les négociations est d’abandonner l’idée d’un traité légalement contraignant en faveur d’un système d’engagements nationaux”, selon une note de février 2010, publiée par Le Monde.fr

  • Voyage dans les entrailles de WikiLeaks Par Le Point.fr (source AFP) : "Et lui demander ce que ses clients diffusent via les serveurs entreposés chez Banhof "revient à demander au facteur s'il ouvre le courrier"

Deux liens donnés par Cwicket :

   

Articles récoltés au long de la journée, la dernière mise à jour sera faite vers minuit.

Infowar : depuis la veille du 1er jour

infowar_barlow